« Gavin Newsom : seul espoir des Démocrates ? | Accueil | Le 7 juin 2022 et la "jurisprudence" de la Virginie »

vendredi 03 juin 2022

Commentaires

Leborgne Jean-Renaud

Pour autant, les Primaires peuvent aboutir à des choix désastreux voire grotesques.
En France, ainsi de Benoit Hamon, Eva Joly, Valérie Pécresse...
Les guerres intestines, les querelles picrocholines, les jeux d'appareils internes se subsituent aux véritables enjeux politiques de long terme qui exigent courage et ténacité. Les choses se passent plûtot comme cela en France.
Aux Etats-Unis, en 2020, Donald Trump a beaucoup plus perdu en raison de son style personnel, ses frasques phallocrates qu'en raison de son bilan politique et économique de mandat. Et le parti Démocratique etait encore moins éparpillé que la gauche française.
Par ailleurs, le jeu médiocre de primaires essentiellement politiciennes alimente toujours plus l'abstention générale, un dégoût de la politique. En 2022, en définitive, Emmanuel Macron a été élu par seulement 43,6% des électeurs inscrits. C'est mon analyse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.