« Armes : les années Obama mises en accusation | Accueil | Touch it ! »

vendredi 27 mai 2022

Commentaires

Jean-Renaud Leborgne

L'Amérique "blanche" vacille sur son piédestal. Elle n'est plus sûre d'elle même. Ceci a une très forte charge symbolique et sociologique. L' essai politique de Huntington (Harvard - 1996) avait pour titre exact "The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order".
Ce nouvel ordre mondial, qui est en train de se mettre en place, n'accorde pas nécessairement la place de 'premier de la classe' aux Etats-Unis ou à un bloc occidental élargi.. Cet ordre, dominé par L'Europe, depuis Christophe Colomb, pendant cinq siècles, puis par l'Amérique de Woodrow Wilson, puis de John Wayne à Ronald Reagan depuis 70 ans, est contesté, bousculé. Tout l'Occident s'en ressent (y compris en Hongrie, en Russie). La Russie semble s'être engagée dans un baroud d'honneur qui la mènera nulle part.
Le fait que Donald Trump ait été élu, après les années Obama, donne la mesure de la résistance occidentale. L'Amérique blanche renâcle. Dans le même temps, le wokisme est né dans les universités nord américaines (Canada.inclus). Et par capillarité, il se répand en Europe occidentale (France, Royaume-Uni). Il n'est pas certain cependant que cette doctrine postcolonialiste, indigéniste, teintée d'extrême gauche, parvienne à s'imposer.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.