« Justin Trudeau contraint d'annuler une réunion publique électorale : "Je n’ai jamais vu ce niveau de colère." | Accueil | Canada : Erin O'Toole : la révélation de la campagne 2021 ... »

dimanche 29 août 2021

Commentaires

Jean-Renaud Leborgne

Si le Président des Etats-Unis se montre incapable, en personne, d'avoir une maîtrise de l'utra court-terme avec le long terme, c'est un naufrage absolu en termes d'image - et d'autorité. Ce sont les télévisions d'information en continu qui ont gagné.
En outre, sa garde politique rapprochée est fantomatique.Son Secrétaire d'Etat, Antony Blinken, n'est pas Henri Kissinger. Quel poids avec les généraux du Pentagon et les fantassins héroïques postés à Kaboul, en effet ?
En plus des milliards de Dollars partis en fumée.
Donald Trump aurait plus de poids à n'en pas douter. Cela joue en sa faveur.
Joe Biden est en très mauvaise posture. Qu'adviendrait-il si un seul théâtre d'opération supplémentaire (Mer de Chine méridionale, Corée du Nord, Iran et Golf persique, Mer rouge et Arabie saoudite, Moyen-Orient et extension du terrorisme, Ukraine et Pays Baltes...) advenait?

Jean-Renaud Leborgne

Joe Biden semble s'être sorti du bourbier afghan et reprend la main avec la 'fondation' du #AUKUS.
Cependant, ce dispositif stratégique, aussi spectaculaire qu'inattendu, est très loin d'être opérationnel avant de longues années. Mais au moins, il refroidit fortement les audaces chinoises possibles, pour un temps. La confiance atlantique est trés écornée. Le 'Club anglo-saxo' ( USA+UK+AUS) est ravivé et rehaussé, au détriment d'une Europe penaude et dangeuresement divisée.
Cependant, il faudra encore que les Etats-Unis aillent au bout de leur dessein. Depuis la fin de la Guerre du Viernam, rien n'a jamais été conforté sur le long terme. Qu'adviendrait-il si les Républicains reprenaient le pouvoir dès 2024?
Joe Biden vient de montrer qu'il était capable de donner de forts coups d'accélérateur à l'international, ce qui contraste beaucoup avec le repli prudent de D Trump. L'Europe, elle, reste une spectatrice désarçonnée. Le départ imminent de la chancelière Angela Merkel sera très déterminant. Si elle est remplacée par une personnalité fanfaronne ( sait-on jamais ?), il y a fort à parier que les Américains pousseront encore leur avantage. Ainsi que d'autres éventuellement (Russie...).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.