Affaires : et maintenant c'est au tour de ... Newt Gingrich
Jon Huntsman ou l'exemple du risque mortel de l'indifférence

Obama face à l'UMP et au PS français : deux logiques opposées de campagnes électorales

L'équipe d'Obama a fêté hier le franchissement du seuil du million de rencontres directes sur le terrain par le canal des militants pro-Obama. Dans le même temps, le Président - candidat multiplie les visites sur le terrain comme candidat déclaré, assumant clairement cette fonction.

C'est la logique de la proximité totalement assumée.

En France, la campagne ne vit que par

 les plateaux TV ou les salles des radios. Les candidats sont peu sur le terrain. Les militants s'en tiennent, dans des cadres exceptionnels, aux opérations de tractages classiques.

Tout semble passer par l'intermédiaire des grands supports classiques d'informations.

Dans le cadre d'Obama, beaucoup repose sur l'appropriation par la base. En France, toutes tendances confondues, c'est la passivité de la base qui est assumée seulement vouée à regarder les écrans et à écouter les radios.

Rarement deux logiques aussi opposées de campagnes électorales ont pu être constatées a fortiori dans le timing de déclaration des deux Présidents en exercice. Il est difficile de trouver une explication rationnelle. Le temps est actuellement au simple constat.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.