Newt Gingrich ou la recherche des néo-conservateurs républicains
Immense pagaille dans les sondages pour la primaire républicaine

Barack Obama et sa politique étrangère comme atout

C'est une surprise par rapport aux campagnes habituelles contre des Présidents sortants démocrates, les républicains peinent à attaquer Obama sur sa politique étrangère. D'ordinaire, les républicains regrettent un effacement, une indécision, voire même une fragilisation

des positions américaines à l'issue d'une présidence démocrate traditionnellement plus modérée que la logique républicaine de l'Amérique toute puissante.

Pour une fois, la situation est différente. La neutralisation de Ben Laden est passée par là. Obama ne sera pas attaqué sur sa politique étrangère pendant la présidentielle. Ce sont bien les dossiers intérieurs qui vont cliver et tout particulièrement la gestion de l'économie. Cette dernière est d'ailleurs la première préoccupation de l'opinion.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.