Emmanuel Macron fixe les campagnes électorales américaines comme exemples à suivre

Boston 2

Quand le 28 avril, le nouveau mouvement "En marche" constitué par Emmanuel Macron adresse un message à ses adhérents, que leur indique-t-il : "... 

Sur le porte-à-porte

C’est une méthode ancienne mais qui est indépassable quand on veut vraiment aller écouter ce que tous les Français ont à dire, y compris ceux qui ne sont jamais interrogés par les instituts de sondage, parce qu’ils habitent trop loin, ne répondent pas au téléphone et/ou n’ont pas Internet.

Et puis le porte-à-porte c’est aussi le (seul) point commun entre Obama, Sanders, Clinton, et Cruz ! ...".

C'est peut-être un coup de communication de la part de celui qui passe pour être une création médiatique des principaux groupes français de presse. Donc celui à qui on reproche de ne pas "avoir de terrain" recommande le ... terrain. 

Mais sur le fond, si on accepte d'être à l'écart de toute interprétation de coup médiatique, c'est en effet le terrain qui fait désormais l'écart entre une campagne électorale américaine et une campagne électorale française.  Dans le 1er cas, les candidats vivent une réelle immersion dans le terrain de proximité, au coin de la rue. Dans le second cas, il s'agit de plongées ponctuelles sporadiques. La différence est considérable.

 


Les primaires sont terminées

Trump 05 04 16

Il y a toujours un moment où la réalité des faits doit s'imposer. Les primaires 2016 sont terminées. Chez les Démocrates, Bernie Sanders licencie ses salariés de campagne. Chez les Républicains, Ted Cruz choisit déjà sa co-listière pour tenter de faire rebondir une campagne qui ne vit plus. La désignation de Carly Fiorina montre que Ted Cruz tente un coup de poker en Californie où Fiorina a été candidate au Sénat en 2010. Il n'avait pas le choix. En Californie, Trump a en moyenne 15 points d'avance !

Ted Cruz 28 04 16

Hillary Clinton a empoché sa désignation.

Donald Trump de même sauf à imaginer une convention avec un rebond qui constituerait un choc terrible donnant le sentiment de priver de la désignation celui qui l'a gagnée sur le terrain. Très peu probable.


Barack Obama très populaire auprès des jeunes français

Obama 2 23 04 16

Le magazine Le Parisien a fait tester auprès de 502 personnes de 15 à 20 ans, représentatives de la population française, la cote d'amour de 80 noms, suggérés par des lecteurs. Omar Sy arrive en tête. Mais de peu devant ... Barack Obama. 

Les jeunes français aimeraient-ils la politique ? Non car les 3 derniers du classement sont des politiques français : Marine le Pen, François Hollande et Nicolas Sarkozy. 

Barack Obama incarne la "présidence cool", sympathique, proche, décontractée c'est à dire à l'opposé des attitudes des politiciens français. Ce qui montre m'ampleur du fossé qui en France s'est creusé entre les jeunes et le personnel politique et non pas entre les jeunes et la politique.


Et les élections oubliées ...

Kristi Noem 26 04 16

Tous les 4 ans, les élections américaines sont vécues comme concentrées sur l'élection présidentielle. Mais cette approche est fausse. Avec l'élection présidentielle intervient un nombre très élevé d'autres élections et le même jour : Sénateurs, Représentants, maires ...

D'ordinaire, ces élections vivent la synergie avec l'élection présidentielle. L'idée d'élections associées. Chacun est supposé renforcer l'autre. Un bon candidat à la présidentielle booste les candidats locaux. Et des candidats locaux dynamiques sont voués à renforcer l'implantation locale du candidat à la présidentielle. C'est un maillage très important dans les derniers jours de la présidentielle. Le moment où le candidat voit son emploi du temps soumis à des choix redoutables et qu'il doit compter sur les relais locaux.

En 2016, la campagne ne vit pas cette synergie. A l'opposé, tout est organisé pour dissocier les campagnes. Hillary Clinton fait une campagne très datée. Les jeunes candidats ne s'y reconnaissent pas. Chez les Républicains, c'est encore pire. Donald Trump est perçu comme "extérieur". Rarement à ce point le découplage est mis en oeuvre entre la présidentielle et les élections locales d'ordinaire oubliées pour se situer dans le sillage de la présidentielle.


Premier pas vers une alliance "tous contre Trump"

 

Trump 11 04 16
Hier les équipes des campagnes de Cruz et Kasich ont annoncé un accord bien surprenant : une répartition des territoires pour faire bloc contre Trump.

Ainsi, Ted Cruz se concentrera dans l’Indiana, le 3 mai, tout en laissant le champ libre à John Kasich dans l’Oregon (17 mai) et au Nouveau-Mexique (7 juin), où le gouverneur de l’Ohio a selon les sondages de meilleures chances de gagner. John Kasich a accepté de son côté de se mobiliser à la conquête des Etats situés à l’Ouest de l’Indiana.

C'est rarissime de voir de tels accords entre des candidats.

Un premier pas vers une probable alliance plus étroite dans les prochaines semaines à l'approche de la Convention.

 


Barack Obama et l'utilité d'une ingérence manifeste

Obama 1 23 04 16

Les relations entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont toujours été particulièrement étroites. Mais le voyage de Barack Obama et ses nombreuses déclarations sur le Brexit relèvent d'une indiscutable ingérence. La seule question est de savoir si cette ingérence est utile. Et selon les sondages, le plaidoyer Obama est efficace.

L’Union européenne ne diminue pas l’influence britannique, elle l’amplifie », a écrit Barack Obama dans une tribune parue dans le quotidien Daily Telegraph peu après son arrivée. David Cameron a de son côté souligné que le traité de libre-échange commercial (TTIP), en cours de négociation entre les États-Unis et l’UE, « ferait gagner des milliards à nos économies ». 

Son pays serait exclu de cet accord en cas de sortie de l’UE. Les partisans d’un Brexit ont quant à eux dénoncé ses propos et hurlé à l’ingérence.« Faites ce que je dis et non ce que je fais », a déploré le Maire de Londres, Boris Johnson, dans le quotidien Sun, dénonçant « l’hypocrisie » et« l’incohérence » du président américain. 

Mais, selon un sondage express réalisé par Sky Data, 60 % des Britanniques jugent que Barack Obama ne devrait pas intervenir dans le débat. Mais 25 % se déclarent plus enclins à voter pour le maintien dans l’UE après son plaidoyer, contre 17 % qui pensent le contraire.


Donald Trump a-t-il poussé trop loin la logique du 1er tour ?

Trump 4 16 08 15

C'est le nouveau débat des prochains jours : qui est le vrai Donald Trump ? A mesure que Donald Trump amorce son virage pour devenir plus rassembleur, Donald Trump donne prise à une nouvelle question : et si Trump avait organisé un "spectacle" pour le 1er tour tirant la logique que la victoire dépend alors de la mobilisation des plus radicaux d'où les messages adressés aux plus ... radicaux.

Les déclarations d'un conseiller de Trump ont donné prise à cette logique de "virage". Déclarations faites devant les membres du Comité national républicain lors d'une réunion privée dont l'enregistrement a été obtenu par l'Associated Press. Ted Cruz a profité de l'occasion pour dire que Trump avait «avoué candidement qu'il mentait». «Ce que son directeur de campagne dit, c'est que c'est juste un numéro. C'est juste un spectacle», a-t-il ajouté.

C'est l'enjeu des prochains jours.

 

Donald Trump et the American Dreamer

Trump 30 01 16

Après de nombreuses tentatives et parfois des polémiques avec les auteurs des morceaux de musique, Donald Trump a fixé son choix sur American Dreamer de Jacob Seales.

Un morceau dynamique qui annonce désormais l'arrivée de Donald Trump dans un meeting et qui accompagne sa sortie de la salle de réunion.

Un choix judicieux qui rencontre un incontestable succès.


Donald Trump et l'étape 2 : le "nouveau Donald" !

Trump 20 04 16

Après New York, l'étape du "nouveau Donald" était annoncée. Elle s'engage. Dans ses discours, Donald Trump cite Ronald Reagan et même ... John Kennedy ! Hier il a appelé les Républicains à s’unir derrière lui. « Nous devons unir le parti républicain car c’est le premier pas pour unir les Américains », a-t-il dit.

Donald Trump et Hillary Clinton sont en tête des sondages en Pennsylvanie, l’État le plus important le 26 avril.


Le duel Trump / Clinton se profile clairement

Trump 20 04 16

Le vote d'hier était d'autant plus important qu'il est le deuxième, derrière la Californie, en nombre de délégués: 247 démocrates et 95 républicains.

La prochaine étape c'est la Pennsylvanie qui organise ses primaires le 26 avril, ainsi que le Connecticut, Delaware, Maryland et Rhode Island.

Trump a passé la moitié des délégués nécessaires. De même pour Clinton. Le duel se profile clairement.