Donald Trump et la vraie défaite

Trump 31 07 15

L'actuelle primaire républicaine montre bien les deux élections différentes que sont la primaire et l'élection générale.

Donald Trump pour l'instant domine la primaire. Mais il perd dans des conditions terribles l'élections générale quand Jeb Bush et Scott Walker sont donnés gagnants face à Hillary Clinton.

Cette réalité des chiffres montre tout le paradoxe d'une primaire : donner une place telle à la radicalité que cette victoire est le socle de la défaite pour la "vraie élection".

Ne devrait plus tarder le moment où les journalistes vont commencer à s'occuper de la vraie élection, ce qui changera le regard sur la primaire.


Donald Trump : 46 % des articles sur la primaire républicaine sont à son sujet !

Donald Trump 30 07 15

Chaque jour, Donald Trump obtient la plus grande couverture médiatique des républicains, loin devant ses plus proches rivaux. Bien sûr, Donald Trump ne fait pas toujours parler de lui pour les bonnes raisons. C'est une machine à produire des controverses.  

Le site Fivethirtyeight, spécialisé dans l'analyse de données, donne des chiffres précis. Selon des statistiques de Google analysées par le journaliste Nate Silver, du 14 juin au 12 juillet derniers, 46% de la couverture médiatique de la campagne républicaine portait sur Donald Trump, alors que seulement 13% de cette couverture parlait de Jeb Bush. On a également constaté que 62% des recherches à propos d'un candidat républicain sur Google Search le concernaient.

La banque de données en ligne Nexis, confirme quant à elle que le nom de Trump fait la manchette des principaux journaux environ 22 fois par jour soit 4 à 5 fois plus que les autres  candidats.

Plus les médias parlent de Trump, plus

Lire la suite "Donald Trump : 46 % des articles sur la primaire républicaine sont à son sujet !" »


JO 2024 : Boston se retire de la course

Boston 04 08 13

C'est désormais officiel. Boston se retire de la course. Motif officiel : soutien citoyen insuffisant. Les craintes étaient doubles. D'une part, rouvrir de grands chantiers. Le Big Dig a beaucoup marqué localement et une pause est jugée nécessaire. D'autre part, l'impact sur les impôts. Les organisateurs ne sont pas parvenus à convaincre que les JO pouvaient s'équilibrer. 

L’USOC a indiqué qu’il se donnait jusqu’en août pour éventuellement désigner une autre ville américaine, qui pourrait se porter candidate.

Les villes candidates ont jusqu’au 15 septembre pour déposer leur dossier. Le Comité international olympique (CIO) élira la ville hôte des JO 2024, à Lima (Pérou), lors de sa 130e session, au cours de l’été 2017


Barack Obama et le nouveau rebond

Obama 27 07 15

Cuba + Charleston + Iran + Kenya + ... : Obama a repris la main sur la politique américaine. Il a effectué cette reconquête avec talent et par comparaison renvoie les autres leaders politiques à une réelle fadeur.

Son voyage en Afrique est également un message fort à destination de l'opinion afro-américaine très influente dans les prochaines élections. 

Barack Obama effectue aujourd'hui et demain la première visite d'un président américain en Éthiopie, pays le plus peuplé d'Afrique après le Nigeria, dans la foulée d'un déplacement déjà inédit au Kenya voisin, la patrie de son père.

Comme au Kenya, sa visite sera consacrée à

Lire la suite "Barack Obama et le nouveau rebond" »


Républicains : les candidats classiques débordés par le show Donald Trump

Trump 24 07 15

Pas un sondage qui ne marque pas une progression de Donald Trump et sur tous les critères : intentions de votes, proximité, second choix ... Toutes les controverses qui auraient discrédité un candidat de ce profil lors de primaires antérieures profitent à ... Donald Trump.

Il est aujourd'hui celui qui dit à haute voix tout le mal que l'opinion américaine pense de la classe politique. Donald Trump est le mégaphone d'une expression populaire contenue, bridée. Il va falloir attendre la phase "propositions" pour constater si le phénomène perdure. Pour le moment Trump gagne l'étape des diagnostics.


Républicains : des candidats éclipsés par les gesticulations de Donald Trump

Rubio 25 07 15

Rarement une primaire n'a connu un tel "faux rythme". La primaire démocrate vit au rythme des mises en cause d'Hillary Clinton sans que des effets politiques ne suivent les divers rebondissements. Chez les Républicains, la primaire vit au rythme des gesticulations de Donald Trump. La nouvelle génération (Rubio, Cruz ...) n'a plus d'espace. Elle paraît terne, fade, en panne, incapable de rebondir ou tout simplement de tenir un discours cohérent face à Trump.

Une situation totalement inattendue à ce point.


Barack Obama au Kenya : quel chemin parcouru !

Obama 24 07 15

La présidence Obama restera une avancée historique considérable et soudaine. Soudaine, parce qu'il faut quand même se souvenir qu'en 2006 des commentateurs ne parvenaient même pas à prononcer son ... nom. Et considérable non seulement parce que la victoire d'Obama en 2008 a été celle du 1er président métis mais aussi avec un parcours qui tranche totalement avec les dynasties des Bush ou des Clinton. La visite d'Obama au Kenya a longtemps été empêchée par l'inculpation du président Kenyatta par la Cour pénale internationale, en raison de son rôle présumé dans les violences post-électorales fin 2007-début 2008.

Ces poursuites ont été abandonnées en décembre, à cause de l'obstruction du gouvernement kényan, selon la procureure de la CPI, ouvrant la voie à une visite présidentielle. Elle intervient désormais.

 


Donald Trump peu pénalisé par ses déclarations sur McCain

Trump 23 07 15

C'est la surprise dans la première enquête menée après les déclarations de Donald Trump au sujet de McCain. Il n'est pas discrédité par ses propos.

Ainsi, selon le sondage dans l'Iowa (Monmouth University), Donald trump arrive en seconde position avec 13 % (derrière Scott Walker 22 %) mais largement devant Jeb Bush (7 %). 

Un constat qui bouleverse les pronostics qui plaçaient Donald Trump en chute libre ...


Donald Trump et la génération provocation

Trump 22 07 15

Voir un candidat publier le numéro de téléphone portable personnel de l'un de ses concurrents directs ... : possible ou pas ? Jusqu'à ce jour, impossible. Hier Donald Trump l'a fait. Et les personnes de téléphoner et l'intéressé d'annoncer qu'il allait changer de ... numéro.

Trump met en pratique la campagne provocation. C'est le moyen pour faire la une des médias et mettre les rieurs de son côté.

Efficace pour le moment ou pour longtemps ? 

Difficile à dire. Le discrédit de la classe politique est tel que pour le moment Donald Trump joue sur du velours.