Jeb Bush en course jusqu'au 1er mars

Bush 13 02 16

Le 1er mars, date de 10 votes, devrait se dérouler autour de 4 candidats : Trump, Cruz, Rubio, Bush. Le New Hampshire a cassé la dynamique Rubio, affirmé Trump, relativisé Cruz mais surtout remis Bush dans le circuit.

Dans les deux prochaines étapes, Jeb Bush pourrait s'installer au-dessus du seuil des 10 %. Si c'est le cas, il amorcera le 1er mars comme le jour du rebond éventuel. Le rebond n'est pas encore certain. Mais il est établi qu'il reste dans la course loin d'être voué à l'élimination.


Quand Hillary Clinton tombe les masques ...

Clinton Hillary 05 09 15

Hillary Clinton est bien restée la même. Sympa quand elle prévoit de gagner. Implacable, polémique, crispée dès que la perspective de victoire s'éloigne. C'est la leçon n°1 du débat d'hier soir. 

Après sa déroute dans le New Hampshire, Hillary Clinton a tenté hier de reprendre l'avantage sur son rival Bernie Sanders lors du sixième débat des primaires démocrates, le plus rude à ce jour, en dénonçant l'irréalisme des propositions du sénateur.

Hillary Clinton s'est montrée plus offensive que d'ordinaire. Les accrochages les plus vifs se sont produits dans le domaine des affaires étrangères, où l'ex-secrétaire d'État a vanté son expérience à la tête de la diplomatie américaine tandis que Bernie Sanders lui reprochait une faute de jugement lors de son vote pour la guerre d'Irak, en 2002.

« Nous ne devrions pas faire de promesses que nous ne pourrons pas tenir », a lancé Hillary Clinton lors de l'émission, produite par la chaîne PBS depuis l'Université du Wisconsin à Milwaukee. Ils se sont d'abord affrontés sur la santé. Hillary Clinton déplore le coût exorbitant de la proposition de Bernie Sanders d'une assurance-maladie publique et universelle.

« Tous les économistes de gauche qui ont fait l'analyse disent que le compte n'y est pas », a-t-elle martelé en proposant une approche graduelle. « Nous ne sommes pas la France ».

Le ton a changé. Mais les Clinton n'ont pas changé comme si le pouvoir leur était dû.


Quand Barack Obama célèbre le 9 ème anniversaire de Springfield

Obama 13 01 16

A ceux qui pouvaient douter que Barack Obama s'engage dans la présidentielle 2016, il y a un signe qui mérite l'intérêt. Hier, 10 février, Barack Obama a effectué un large routage à son comité de soutien de 2008 pour célébrer le 9 ème anniversaire de sa déclaration de Springfield le 10 février 2007. Il rappelle ses objectifs et ses priorités avant de revenir à Springfield.

Barack Obama qui indique volontiers que si la possibilité d'une 3 ème candidature avait été légalement possible, il aurait été candidat et qu'il a l'assurance de gagner pour la 3 ème fois ...


Les colères prennent le dessus

Trump 09 02 16

Le New Hampshire, c'est la victoire de Sanders qui double le Parti Démocrate sur sa gauche et Trump qui double le Parti Républicain sur sa droite.

Autres enseignements :

  • Marco Rubio arrivé 5 ème a payé le prix politique d'un débat raté,
  • Hillary Clinton a un réel problème avec l'opinion. En 2008, elle avait gagné le NH face à Obama et ce score montre les limites des soutiens de son mari,
  • Jeb Bush est en sursis,
  • Les regards vont désormais se tourner vers le Nevada et la Caroline-du-Sud, prochains États à voter fin février.

Jeb Bush et son vrai Jour J

Barbara Bush 2 06 02 16

C'est le vrai Jour J pour Jeb Bush. Si ce soir dans le New Hampshire, il ne parvient à être dans les 4 premiers candidats avec un score proche de 10 %, le retrait sera très proche, incontournable.

Cet Etat est très marqué par la "famille Bush" qui réside dans le Maine. Bush senior était très présent lors de ses responsabilités. Lors de la primaire 1992 face à Buchanan, Bush père a fait 58 % dans cet Etat ce qui a été le vrai starter de sa campagne.

Ce soir, selon le score, le New Hampshire marquera peut-être la fin de la dynastie Bush.


Marco Rubio commence à prendre beaucoup de lumière

Marco Rubio 06 02 16

Si Marco Rubio arrive en seconde position et a fortiori avec un faible écart, la primaire 2016 va connaître sa seconde étape. En effet, après le New Hampshire, les candidats vont vivre une étape très sélective. La raison est simple. Lors des prochains votes, des élections auront lieu le même jour. Cette réalité matérielle est très lourde en matière d'organisation. Il faut maintenir des équipes locales dans plusieurs Etats. Ces équipes coûtent cher. Certes elles font appel à des bénévoles mais elles doivent être encadrés par des professionnels rémunérés. Il faut ouvrir des locaux. Acheter des fichiers, des passages publicitaires à la TV ... Or les donateurs ne versent plus d'aides à un candidat qui n'a aucune chance de gagner. Donc se crée un déséquilibre entre les dépenses qui augmentent d'un coup et les recettes qui

Lire la suite "Marco Rubio commence à prendre beaucoup de lumière" »


Marco Rubio en candidat de synthèse

NH debate 07 02 16

Le New Hampshire s'annonce comme un vrai tournant pour Marco Rubio. Ce vote donne généralement le ton pour la suite, les candidats les plus faibles n'y survivent souvent pas.

Marco Rubio a été la surprise de l'Iowa, une surprise qui lui vaut d'être devenu l'espoir de l'establishment républicain.

Dans le New Hampshire, où Donald Trump est en tête devant Marco Rubio (35 % à 14 % selon un dernier sondage 7News/University of Massachusetts Lowell), les partisans de Trump ont pris le soin de faire du porte à porte, lui même a tenu des meetings au format plus réduit, pour essayer de consolider son avance sur Rubio. Ils ont tiré les conséquences de la seconde place de l'Iowa.

Lire la suite "Marco Rubio en candidat de synthèse" »


Marco Rubio et la surprise dans le New Hampshire ?

NH sondages R 06 02 16

Alors que Bernie Sanders devance largement Hillary Clinton dans le New Hampshire, la surprise pourrait provenir de Marco Rubio dans le camp des Républicains. Il est donné en seconde position. Et progressivement Marco Rubio s'installe en "conservateur  modéré" face aux "ultras" (Trump ou Cruz). Rubio a corrigé son ancrage constatant que le créneau des "ultras" était très occupé. Un choix stratégique opportun qui de surcroît devrait lui permettre de collecter des reports des retraits à venir d'autres candidats.

NH sondages 05 02 16


Barack Obama : la pré-retraite est engagée ...

Obama ebola 07 10 14

Barack Obama n'échappe plus à l'originalité de la dernière année du mandat présidentiel quand celui qui d'ordinaire fait le tempo voit son actualité passer derrière celle des candidats qui peuvent lui succéder. Avec les indicateurs d'audience des nouveaux réseaux sociaux, ce passage au second rang devient encore plus ostentatoire. L'audience des actions fond comme neige au soleil. Tandis que l'audience des présidentiables grimpe. La pré-retraite classique est bien engagée pour Barack Obama qui n'échappe pas à cette règle classique.


Les électorats éclatés

Iowa 2 03 02 16

De nombreux enseignements sont à tirer des scores dans l'Iowa. 1) La différence technique entre les sondages et la prime aux vrais militants. C'est une chose de dire dans son fauteuil à son domicile que tel candidat aura son vote lors d'un sondage téléphonique et se déplacer le jour J pour ... voter. Cette différence a beaucoup pénalisé Trump choisi par un électorat peu militant. 2) Les électorats dans chaque parti sont très éclatés. Chez les démocrates, 2 options à 50 / 50. Chez les républicains, trois candidats sont en moyenne à 24 chacun. Ces électorats éclatés annoncent une primaire incertaine avec des rebonds peu prévisibles.