Iowa : Trump s'installe en tête

Trump 2 26 08 15

L'enjeu des premières primaires est décisif : conforter ou pas les sondages ? Les premières primaires sont les vrais sondages du terrain. L'Iowa est l'une des premières primaires. Trump s'installe en tête : 23 % dans l'Iowa. Il devance Carson : 18 %. Puis Scott Walker 8 %. La surprise vient de Jeb Bush : 6 %.

Trump s'installe bel et bien en tête des candidats républicains et Jeb Bush confirme aussi qu'il est en passe très difficile.


Le phénomène Trump est bien une réalité

Trump 18 07 15

Une nouvelle étape dans la présidentielle 2016 est ouverte avec une question simple : Donald Trump peut-il perdre la primaire républicaine ? Dans un premier temps, Donald Trump a été présenté comme un phénomène médiatique. Puis il devait être emporté par ses gaffes. Mais ces deux étapes ont été franchies et Trump reste en tête et de loin.

Bien davantage, chacun de ses déplacements permet de tester sa popularité. Là aussi, des étapes nouvelles ont été franchies. Trump devait être le candidat de "l'Amérique profonde". mais avant hier Trump était à ... Boston et il a fait ... salle comble. 

Une nouvelle réalité politique est bien née et elle change la primaire 2016.


Barack Obama en Alaska

Alaska 2

Rencontre avec des pêcheurs dans la petite ville de Dillinghman, escale à Kotzebue plus au nord, visite des glaciers près de Seward, conférence internationale à Anchorage : à trois mois de la conférence de Paris sur le climat, Barack Obama s'emploie à sensibiliser l'opinion publique face à «l'un des plus grands défis de notre siècle» : le réchauffement climatique.

«En Alaska, les glaciers fondent. La chasse et la pêche dont

Lire la suite "Barack Obama en Alaska" »


Un Donald sinon rien

Trump audience Google 28 08 15

Donald Trump est en train d'écraser la communication sur la primaire républicaine. C'est un véritable hold-up que subissent les autres candidats. Ils avaient préparé leur primaire dans les moindres détails. Mais le butin (l'audience) a été braqué d'un coup. 

Et maintenant l'enjeu c'est le retrait convenable. Comment ne pas perdre la face dans des conditions qui obscurcissent trop l'avenir ?

Pourquoi Trump a-t-il réussi ce braquage ? Parce qu'il a intégré que le journalisme moderne se nourrit de l'audience. Il faut donc faire l'audience pour que le journalisme suive. Et l'audience, c'est faire vivre des

Lire la suite "Un Donald sinon rien" »


Donald Trump, New York et la bataille des seins nus

NYC seins nus

Pourquoi Donald Trump réussit si bien son actuel parcours ? Parce qu'il répond aux besoins d'outrances de l'actuelle société américaine. Le dernier exemple en date : la bataille des seins nus à NYC.

Les faits : une loi adoptée en 1992 stipule que les femmes ont le droit d'être torse nu partout où les hommes ont ce même droit. En pratique, elles sont peu nombreuses à exercer cette liberté. 

Certaines féministes encouragent cette pratique, à l'image de Moira Johnston. Pour elle, cette égalité homme/femme est "aussi importante" que "si des noirs ne pouvaient pas enlever leur t-shirt alors que les blancs le peuvent" ...

Mais les faits, c'est aussi établir la différence entre une liberté et un exhibitionnisme rémunéré. Or, sur des places de NYC, la "mode" est aux selfies avec une personne à

Lire la suite "Donald Trump, New York et la bataille des seins nus" »


Jusqu'où peut aller Donald Trump sans s'exposer à l'overdose ?

Trump 25 08 15

Dans la seule journée d'hier, Donald Trump a croisé le fer avec deux journalistes dans des conditions inhabituelles.

Un célèbre présentateur de la chaîne hispanique américaine Univision a été brièvement expulsé d'une conférence de presse de Donald Trump.

Quand le présentateur s'est levé pour lui poser une question, Donald Trump s'est adressé à un autre journaliste et lui a demandé sèchement de se rassoir  :«asseyez-vous. On ne vous a pas appelé. Asseyez-vous».

«J'ai le droit» de poser une question, lui a répondu Jorge Ramos. «Non nous n'avez pas le droit. On ne vous a pas appelé», a rétorqué Donald Trump. «Retournez à

Lire la suite "Jusqu'où peut aller Donald Trump sans s'exposer à l'overdose ?" »


Donald Trump renforcé par la crise chinoise

Trump 2 24 08 15

Progressivement, Donald Trump s'éloigne de l'image du "perturbateur rigolo". La crise chinoise y contribue désormais. Il a été le premier à l'annoncer. Cette crise met en surface l'économie. Et sur l'économie, la promesse de Donald Trump est simple : "je vais gérer vos affaires comme les miennes", sous-entendu le succès est assuré.

C'est une étape qui peut s'avérer importante. Montrer que derrière la simplicité des propos, il peut y avoir beaucoup de bon sens.


Barack Obama à près de 500 jours de la fin de mandat

Obama 3 08 08 15

C'est la dernière rentrée active de Barack Obama à près de 500 jours de la fin de mandat. Et si sa rentrée est sous le signe de l'environnement, force est de constater que la situation politique est insaisissable. Trump change la primaire républicaine dans des conditions imprévisibles. Hillary Clinton ne parvient pas à se faire aimer des démocrates. Joe Biden ne parvient pas à se faire à l'idée de ne pas tenter sa chance. Et le Congrès s'obstine à faire obstacle aux réformes présidentielles majeures (Iran ...).

Difficile de s'y retrouver dans ce contexte. 


Vers un ticket Biden - Warren ?

Joe Biden 2 04 08 15

L'information sur la rencontre intervenue hier entre Joe Biden et Elizabeth Warren produit trois conséquences concrètes :

1) Bien entendu, elle légitime les commentaires sur la candidature de Joe Biden,

2) Elle accrédite aussi l'idée que cette candidature est nécessaire compte tenu des difficultés rencontrées par Hillary Clinton dont la cote baisse à mesure que la campagne avance,

3) Mais surtout en remettant Elizabeth Warren dans le circuit de la présidentielle 2016, Joe Biden montre qu'il n'est pas possible de laisser sur le bord de touche d'une présidentielle la candidate préférée des militants. Et la perspective d'un ticket montre aussi le réalisme des "bonnes campagnes" qui consistent à regrouper les sensibilités complémentaires.


2016 : le blues des candidats classiques

Trump 22 08 15

Tous les candidats classiques sont désormais en proie à un blues considérable car ils ont le sentiment que la "partie 2016" va leur échapper. Le "mystère" concerne la nouvelle génération des Républicains qui s'avère incapable de trouver de nouveaux mots, de nouvelles idées, de nouvelles méthodes. Elle laisse donc un espace totalement libre à Donald Trump qui en profite et qui s'installe en tête de tous les sondages : des intentions de votes au pronostic de victoire en passant par la premier second choix ...